Massignon

Télécharger La Visitation de l’étranger par Louis Massignon


La Visitation de l’étranger par Louis Massignon

Louis Massignon (1883-1962) fut le plus grand islamologue du 20ème siècle. Il était aussi l’un des maîtres de la langue française. Il fut un des principaux acteurs de l’établissement d’un dialogue entre l’Islam et l’Église catholique. Le pape Pie XI l’appelait avec estime le “catholique musulman”. Ami de Charles de Foucault, parrain du grand converti franciscain Jean-Mohammad Abd El-Jalil, et amoureux du désert, sa conversion est le fruit d’une lutte avec celui qu’il nomme l’Étranger. En voici le récit… la colline de Penuel n’est pas loin.

 

une_aeuvre_du_frere_francois_martin_le_combat_de_jacob_avec_l_ange_large“L’Étranger qui m’a visité, un soir de mai, devant le Tâq, sur le Tigre, dans la cabine de ma prison, et la corde serrée après deux essais d’évasion, est entré, toutes portes closes, Il a pris feu dans mon cœur que mon couteau avait manqué, cautérisant mon désespoir qu’Il fendait, comme la phosphorescence d’un poisson montant du fond des eaux abyssales. […] L’Étranger qui m’a pris tel quel, au jour de Sa colère, inerte dans Sa main comme le gecko des sables, a bouleversé, petit à petit, tous mes réflexes acquis, toutes mes précautions, et mon respect humain. Par un renversement des valeurs, Il a transmué ma tranquillité relative de possédant en misère de pauvresse. […] Je ne propose plus, ici, de chercher dans les biographies des mystiques un vocabulaire technique d’ersatz pour « entrer en présence » de Celui qu’aucun Nom a priori n’ose évoquer, ni « Toi », ni « Moi » , ni « Lui », ni « Nous », et si je transcris simplement un cri, imparfait, certes, mais poignant, de Rûmi (quatrain n° 143), où le Désir divin, essentiel, insatiable et transfigurant, jaillit du tréfonds de notre adoration silencieuse et nue, la nuit.”

massignon2
« Ce Quelqu’un, dont la beauté rendit jaloux les Anges,est venu au petit jour, et Il a regardé dans mon cœur ;
Il pleurait, et je pleurai jusqu’à la venue de l’aube, puis Il m’a demandé : de nous deux, dis, qui est l’amant ? »