2003-2013 – Famille Desguin

Une décision rapide

Juin 2003 : Roseline revient d‛une journée de formation sur la Colline avec une intuition : la grande maison (6 chambres) se libère : si nous l‛occupions ? Deux mois plus tard, nous déménagions dans cette habitation occupée successivement par les Debucquois et les Sine…
C‛était plus qu‛occuper une maison, mais nous mettre concrètement au service d‛un projet auquel nous participions depuis 20 ans. Répondre à cette intuition fut pour nous une évidence, malgré l‛ampleur du déménagement ! Nous nous sentions en connivence avec l‛équipe existante qui nous attirait par sa  simplicité et sa ferveur, malgré la crise liée au départ d‛une famille.

Les premières années

La première année fut consacrée à la « découverte active » d‛un projet que nous ne connaissions pas de l‛intérieur : la poustinia, l‛entretien, l‛accueil, la liturgie, la vie d‛équipe…
Les années qui suivent nous voient prendre une plus grande prise de responsabilité, ce qui fait apparaître des divergences dans la vision de la gestion. Changement dans l‛équipe, qui va connaître
une certaine instabilité pendant 4 ans. Ces épisodes parfois douloureux sont l‛occasion de discussions ardues mais honnêtes, de prière, d‛approfondissement humain et relationnel.

Vivre l‛accueil

Pendant ce temps, les hôtes se succèdent en poustinia, et c‛est un émerveillement renouvelé de voir ces personnes consacrer du temps à ce « rien d‛apparent » qu‛est un séjour en poustinia.
Nous tâchons de le vivre nous aussi de temps en temps, mais c‛est difficile : là où on habite, on n‛est pas dépaysé, on reste trop proche de tout ce qu‛il y a à faire. La grande variété des hôtes nous ouvre à d‛autres réalités spirituelles et humaines, ce qui est une grande richesse de la Colline. Par ailleurs, l‛hôte
est aussi l‛ « ami importun » qui sonne quand nous sommes à table ou au travail, qui nous semble trop bavard, ou exprime ses demandes particulières … C‛est là que nous mesurons les limites de notre capacité d‛accueil et de patience…

Vivre en équipe

Depuis maintenant 5 ans l‛équipe est paisible, et ceci représente l‛autre grand aspect de la vie sur la Colline. Nous avons toujours refusé le terme de « communauté », trop « unifi ant » à nos yeux : les personnes gardent ici leur autonomie et leur spiritualité propre. Cependant, l‛équipe a une dimension très communautaire : vie de prière, étroit voisinage, décisions lourdes liées à l‛accueil et la gestion. De cela naît un esprit fraternel situé au-delà de l‛affection éprouvée (ou non).  Nous apprécions qu‛il n‛y ait pas de « chef » ou de « berger »: juste un coordinateur quand le besoin s‛en est fait sentir. Chacun
prend ses responsabilités sans attendre de directive, prenant les initiatives qui s‛imposent dans l‛esprit
du lieu et en concertation avec les autres.

desguin

Une nouvelle étape

Depuis quelques mois, nous éprouvons une certaine lassitude à mener ce « combat » perpétuel consistant à bien vivre l‛accueil, la profession, la vie de famille, d‛équipe et la gestion.
Au risque d‛une certaine prétention, nous pourrions nous comparer à Jacob à la fois meurtri et enrichi par sa traversée du Yabboc.
Ainsi, après avoir partagé avec quelques amis notre désir de vivre en cohabitat, nous nous orientons vers le partage d‛une ferme à Court-Saint-Etienne… Nous désirons y vivre des engagements plus « séculiers » (écologiques, sociaux, culturels ou citoyens…), et être porteurs de l‛Evangile dans le monde.

La dynamique du provisoire

Après avoir vécu parfois douloureusement 6 départs (et autant d‛arrivées), c‛est à notre tour de vous imposer cela, chers frères et soeurs de l‛équipe : puisse notre départ être l‛occasion d‛un progrès, d‛une ouverture et d‛un renouvellement pour vous et la Colline. Pour notre part, c‛est avec un profond sentiment de gratitude que nous repensons à toutes ces années, envers vous qui avez partagé notre quotidien, nos questions, nos pauvretés, notre prière. Merci pour votre complicité, votre « support
» (« Supportez-vous les uns les autres… ») ainsi que… votre humour, signe de vie et d‛amour ! A vous nous associons les ami(e)s qui partagent le souci de la Colline, et qui durent parfois plus longtemps que les permanents : cela est aussi est un bien précieux de ce projet et qui lui permet de durer…

Roseline et Géry