silence au coeur des villes

Dans le grand silence qui saisit les hommes et les femmes, au fur et à mesure qu’ils deviennent plus familiers avec la parole écrite et avec le Verbe fait chair, tous les mots prennent leur véritable signification.

Quand je me plonge dans cette mare de silence, je deviens plus charitable….
Dans la mare de silence j’apprends à être ouverte.

La contemplation vous conduit à regarder quelqu’un en silence, et c’est là que la poustinia intervient. Vous entrez dans le silence d’un coeur qui a cessé de se tourmenter pour n’importe quoi et qui est tout a fait ouvert à l’autre.

« Accordez-moi la grâce du silence, de la solitude du coeur dans ces foules bruyantes qui broient et emplissent mes jours… »

Catherine de Hueck Doherty « Ame de mon âme » p108

Le véritable silence est un jardin clos, où seulement l’âme peut rencontrer son Dieu…Le véritable silence est la clef du coeur immense et embrasé de Dieu…Déserts, silence, solitudes, ce ne sont pas nécessairement des lieux mais des états de l’esprit et du coeur.

Catherine de Hueck Doherty « La Poustinia » p18-19